Gandhi International a désormais sa maison d'éditions, et quatre publications sont d'ores et déjà disponibles.
Vous pouvez les commander chez Louis Campana.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Un bonheur à construire ... entre errances et évidences -  Louis Campana
24€

 

couv1


Le lendemain, est accueilli en ce lieu un grand costaud hindou à la barbe noire. Durant le repas pris ensemble, le soir, il pose à tous les six convives la question qui tue.
«Êtes-vous heureux ? »
Venant d'un grand garçon célibataire, au profil d'éternel étudiant, cela ne surprend guère, il faut bien s'interroger sur son devenir et inviter des inconnus à se démasquer. Cependant nous apprenons au fil de la conversation qu'il est informaticien, a une place très convoitée dans le milieu du business à Mumbay et appartient à une famille richissime propriétaire de multiples hôpitaux dans toute l'Inde.
« J'ai appris, nous dit-il, à observer la pratique de ma tradition religieuse, je l'ai fait pendant de nombreuses années, mais maintenant, j'ai décidé de cesser et d'essayer de comprendre le monde autrement, je veux comprendre ce que des gens comme vous pensent, agissent, ce qui vous motivent, pourquoi vous êtes-là, êtes-vous heureux ? »
A sa question, je réponds immédiatement qu'il conviendrait de la diviser en deux sous-questions.
La première serait « Pourquoi être heureux ?» et la seconde « Comment peut-on y parvenir ?».
Pourquoi ?
Je lui dis l'impérieuse nécessité pour l'homme d'être heureux. Comme un réflexe, un instinct basique. Il n'est pas dit qu'il y parvienne, mais c'est une force intérieure qui le pousse chaque jour à poser les jalons de cette quête.
...
Dans l’Éthique, Spinoza dit que « Tout ce qui est beau est toujours difficile autant que rare ! » Après l'instinct, donc, c'est l'intelligence (l'intellect) qui s'empare de l'impérieuse nécessité d'être heureux. Puis le cœur qui le rend concret.
Ainsi le bonheur est une affaire de volonté, un travail quotidien, une construction solide. Il n'a rien de linéaire et ne se mesure pas en triomphe permanent. Il est objet d'échecs et de succès, d'errances et d'évidences, les uns (les échecs) préparant les autres (les succès), les autres amenant cette vanité qui anéantit tout effort. Cela aussi, cette forme de désespérance momentanée, participe à l'édifice du bonheur.
Comment ?
Ce livre, modestement, tente d'y répondre, entre recherche de vérité sur soi, maîtrise de soi, amour de l'Autre...



* * * * * *



 Qu'est-ce qu'une économie non-violente ? - Louis Campana
16€

 

 premier de couverture v1 photo

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Il y a donc bien deux visions économiques :
− L'une dont la responsabilité et le pouvoir sont au niveau de l'individu et du village ou du petit groupe qui décide pour lui-même et ceux qui l'entourent, avec l'objectif de répondre au mieux aux besoins du groupe. C'est ce que j'appelle une économie non-violente!
− Et l'autre, dominatrice, impersonnelle, conquérante à la logique implacable qui vise les intérêts d'une oligarchie planétaire qui joue avec de l'argent fictif, mais dont les dettes pour les peuples sont bien réelles. C'est ce que j'appelle une économie de prédateurs!

Osera-t-on appeler cette oligarchie, une mafia légale et protégée par le droit?
Oui, on peut et je le dis.
Certes, ce langage n'est pas très diplomatique, mais la langue de bois et les mensonges, ça suffit ! Ce monde qui fabrique sans cesse des miséreux doit être dénoncer, il n'aboutira qu'à un chaos !
Et c'est déjà un chaos avec guerres, troubles, terreurs, famines, migrations pour ceux qui subissent chaque jour l'humiliation de la faim, du départ forcé, du chômage dans un monde d'opulence.
Comment accepter le vide ambiant, et le cynisme des gouvernants dont le seul but est à l'évidence le souci de rester en position de force afin de se maintenir au pouvoir ?

Au fait, que peut-on attendre d'une société qui a pour fondement la peur, la menace, le profit ou encore la domination ?
Tout homme, toute femme, toute famille devraient se voir proposer l'opportunité de prendre leur vie en main à condition que l'accès à la terre, à un atelier, à un toit soit rendu possible, prioritaire et légitime.
Et cela est évidemment possible, il faut le vouloir.



* * * * * *




 Lanza del Vasto, or Community Experimentation - Frédéric Rongnon
7€

 

 LanzadelVastoorCommunityExperimentation COUV2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 




On the occasion of the Sevagram International Conference to be held in October 2017, jointly organised by Gandhi International, France and Institute of Gandhian Studies Wardha, India, it would be appropriate to publish the English translation of the book written by Frédéric Rognon viz. "Lanza del Vasto or Community Experimentation" for wider dissemination among public and more particularly those interested in Gandhian studies. This book was originally published in French by "Le Passager Clandestin" in 2013 in France.It is now published in English by Gandhi International in collaboration with the Institute of Gandhian Studies along with some new essays.

Can we make a link between Gandhian thinking and the collection of books published by Le Passager Clandestin titled "the Precursors of Degrowth"? I think this link could be made indeed, and that is the reason we are publishing this book on this occasion.

The economic war in which we are permanently engulfed in
is far-off from the Gandhian Swadeshi, which essentially stand for harmony and care for the others, particularly for the most deprived ones.

Lanza del Vasto has dealt in his works with issues like the reappropriation of military and civil nuclear usage by citizens as these are too serious concerns to be left in the hands of politicians and military men. The politicians are too much diffident and morally incapable and the military is too much under the political ideology of ruling class.

It is the same in the case of agriculture which is in the hands of the powerful lobbies of chemical industries. The industrialization of agriculture results in disastrous and poisonous food filled with pesticides, insecticides and other kinds of "cides". This is very much against the organic agriculture that can provide massive employment opportunities and healthy food compatible with Gandhian principles.

It is good to know that organic agriculture has been declared indispensable to eradicate starvation on the planet by Jean Ziegler and Olivier de Schutter, UN rapporteurs on the right to food, who openly condemn the industrial agriculture.

Community experimentation is a laboratory for a civilisation based on absence of fear or threat and where profit and domination are explicitly declared as illegal. Besides livelihood agriculture, this civilisation would also develop craftsmanship accessible to all and the splendour of celebration of seasons, without artificialities or unnecessary fanfare.

The present world is not favourable to the poor people since it throws them in stress, speed and crazy urbanization. So they are force to live in degradation and indignity.

Developing small communities where everyone is recognized and gets a proper place has become a social necessity. There is no need to wait for building up such a well knit and happy fraternity.

We should take this opportunity to strengthen the links on all continents among all Gandhian and non-violent movements in order to raise a common platform and support each other in non-violent action.

I hope the international conference and the publication of this book would contribute significantly to such a perspective.


* * * * * *


 Pour Que Vive La Terre - Brochure et synthèse du colloque de Brun (Sénégal), février 2017
10€

 

 2017 06 15 CRCassamance affichage





« Pour que vive la Terre » est un projet qui a germé parce que nos contemporains se détournent de leurs racines paysannes et, de plus en plus, dévalorisent les métiers de la terre. Mais tant que les hommes de ce siècle ne mangeront pas du plâtre, du ciment ou du plastique et qu’ils continueront à manger le fruit du travail des paysans, ils seront contraints de constater que sans les paysans la survie sur terre est impossible. Bien sûr, il y a ce que proposent tous les grands orateurs du monde : une agriculture industrielle chimique, mais ce sont des mots et maux, aux conséquences dramatiques. Pourquoi donc Monsanto et Bayer se sont-ils liés d’amour ? L’un brevette les semences OGM ou mutantes, l’autre organise les laboratoires pour soigner tous les effets secondaires d’une alimentation trafiquée...


 Je m’interroge en plus sur ce drame qui régulièrement se déroule sous nos yeux au large de la Lybie, de milliers de Subsahariens viennent y déposer leur vie comme victimes d’un monde en désarroi. La Méditerranée, c’est un lieu de plaisir, de joie et de vacances, un lien entre l’Afrique et l’Europe, pas un cimetière pour les exclus d’un monde qui a créé cette débâcle. En effet ceux qui viennent mourir sont des migrants, réfugiés, candidats à une autre vie. Les causes : la guerre civile ou guérilla, la guerre économique, le changement climatique. Beaucoup ne peuvent plus vivre chez eux, leur terre est accaparée ou cédée par les oligarchies en place aux grands prédateurs internationaux et cela est inadmissible.


 Nous allons durant ce colloque nous poser les questions du pourquoi de ces migrations, du pourquoi de la fuite de grande quantité de personnes vers l’illusion de l’Occident, (car nous aurons l’occasion d’en parler, l’Occident n’est pas l’Eldorado que l’on croit, car il impose une guerre économique au monde entier), et quels sont les moyens de résistance, pour non pas survivre, mais vivre avec bonheur et joie sur nos terres respectives.
 Sous le patronage de Gandhi, ce colloque est ouvert, nous ouvrirons des voies et tâcherons par la suite de travailler ensemble, car ce n’est pas suffisant de partager des idées, il faudra ensuite établir des liens et des plates-formes pour concrétiser nos démarches.